L’observatoire de Lyon est un « observatoire des sciences de l’univers » (OSU). À ce titre, il participe aux « Services nationaux d’observation » (SNO) définis à l’échelle nationale par l’Institut national des sciences de l’univers (INSU). L’INSU a rassemblé les SNO au sein d’ « actions nationales pour l’observation » (ANO). Les ANO qui concernent l’OSU de Lyon sont de type AA (Astronomie-Astrophysique) et SIC (Surfaces et Interfaces continentales). Chaque type comporte des sous-classes (6 pour AA, 3 pour SIC) à l’intérieur desquelles figurent les SNO labellisés et répertoriés dans la base de données gérée par l’INSU, sur https://insu.obspm.fr/ .

 

AA-ANO2 – INSTRUMENTATION DES GRANDS OBSERVATOIRES SOLS ET SPATIAUX

Cette Action nationale d’observation porte sur la capacité des OSU de concevoir, exercer la maîtrise d’œuvre, réaliser et assurer le fonctionnement d’instruments (en particulier focaux) pour les infrastructures de recherche sol et les missions spatiales qui fournissent des données accessibles à l’ensemble de la communauté. Il s’agit de moyens lourds, ouverts à l’ensemble de la communauté française, ayant une visibilité internationale forte, et dont les données sont rapidement rendues publiques. Elle concerne également la fourniture de logiciels d’acquisition et de réduction de données. Cette Action nationale d’observation est structurée en deux volets : 1) Instrumentation des télescopes, sondes et observatoires spatiaux, 2) Instrumentation des grands télescopes et interféromètres au sol.

 

EELT/HARMONI

Le spectrographe High Angular Resolution Monolithic Optical and Near-infrared Integral field HARMONI est un des deux instruments de première lumière financés pour l’ELT européen. HARMONI regroupe un consortium de 6 laboratoires, dont 2 laboratoires français : le LAM et le CRAL.

VISTA/4MOST

4-metre Multi-Object Spectroscopic Telescope 4MOST est un instrument à fibres dédié aux sondages spectroscopiques, actuellement en développement pour le télescope VISTA de l’Observatoire Européen Austral (ESO)​

Gravity+

Le projet GRAVITY+ a pour objectif l’amélioration de plusieurs ordres de grandeur des performances de GRAVITY grâce notamment au déploiement de quatre Optiques Adaptatives Extrêmes (XAO) et quatre Étoiles Laser (LGS), distribuées sur chacun des télescopes de 8m du VLT

 

AA-ANO3 – STATIONS D’OBSERVATIONS

Les astronomes ont à leur disposition des moyens lourds nationaux ou internationaux dont la gestion est une tâche souvent exigeante, et qui n’a pas de retour direct en termes de publications. Pour reconnaître ce service à la communauté cette action comprend : la gestion des stations d’observation, les activités instrumentales qui leur sont propres, l’opération des instruments après leur mise en service, et les actions amont qui visent la qualification et la protection des sites d’observation existants et futurs, dans toutes les fenêtres spectrales (optique, radio).

 

SUV - Service aux Utilisateurs du VLTI

Le SUV (Service aux Utilisateurs du VLTI) assure, au sein des observatoires concernés (Nice, Grenoble, Paris, Lyon), un service de support aux utilisateurs des instruments de deuxième génération du VLTI.


T193+SOPHIE

Depuis octobre 2006 le spectrographe SOPHIE est destiné à détecter des exoplanètes dont la taille se rapprocherait de celle de la Terre. Le T193 a permis la détection d’environ 200 exoplanètes depuis 1995. L’Archive SOPHIE donne accès aux observations obtenues avec le spectrographe depuis sa mise en service.

 

AA-ANO5 – CENTRES DE TRAITEMENT, D’ARCHIVAGE ET DE DIFFUSION DE DONNÉES

Les grands observatoires astronomiques au sol et spatiaux fournissent des volumes importants de données rendues publiques après une courte période d’exclusivité. Cette diffusion rapide à l’ensemble de la communauté vise à maximiser le retour scientifique d’investissements lourds. Cette ANO recouvre trois types d’activités : le traitement de données, leur archivage et la diffusion au sein de structures dédiées qui possèdent les expertises et ressources nécessaires. Pour valoriser les observations, la communauté peut avoir besoin de données de références issues de calculs théoriques, d’expériences ou de simulations accompagnés des outils nécessaires à leur exploitation. Les besoins peuvent également concerner l’accès à des codes numériques de référence.

 

HCDC - High Contrast Data Centre

Le  High Contrast Data Centre (HCDC) est un centre de traitement de données, opérationnel depuis l’entrée en fonction de SPHERE début 2015. Il s’adresse à tous les PI de programmes d'observations SPHERE en leur proposant de réduire leurs données.

MOIO-JMMC

Le SNO MOIO-Méthodes et outils pour l’Interférométrie Optique est, au sein du Pôle Thématique National JMMC, chargé de la création, suivi et maintenance des logiciels nécessaires à une utilisation optimale des interféromètres optiques, notamment le VLTI de l'ESO.

PTN-JMMC

Le PTN JMMC ou "Centre Jean-Marie Mariotti" est le Pôle Thématique National des données en interférométrie visible et infrarouge. Sa mission est l’exploitation optimale des interféromètres optiques accessibles à la communauté française, à savoir le VLTI au Chili et CHARA. au Mont Wilson en Californie.

PSuP - Portail des Surfaces Planétaires 

PSuP (Portail des SUrfaces Planétaires) consiste en un centre de traitement de données de surfaces planétaires couplé à un centre de diffusion et de visualisation de données. Le premier service MarsSI a pour objectif de combiner les données de 4 missions orbitales documentant la surface de Mars.


 

SSHADE-F

SSHADE est une infrastructure de bases de données spectroscopiques des solides sur tout le domaine électromagnétique, couvrant actuellement les rayonnements X, UV, visible, infrarouge et millimétrique


 

AA-ANO-CC – CODES COMMUNAUTAIRES EN ASTRONOMIE-ASTROPHYSIQUE

Certains codes numériques peuvent être considérés comme de grands instruments à part entière, complémentaires à ce titre des approches purement théoriques et observationnelles. Dans ce cadre, un code communautaire est un modèle ou une suite de modèles de référence, éventuellement couplés, mis à disposition d’une large communauté scientifique au travers d’une version stable centralisée. Cet accès a pour but de permettre à une communauté s’étendant au-delà des développeurs du code numérique de mener des recherches originales en intégrant ce code dans leur dispositif de production de connaissance.
Cette action nationale d’observation a donc pour objet l’élaboration professionnelle de codes complexes à vocation générique demandant sur la durée des développements conséquents, multiples et des expertises variées pour qu’ils gardent leur pertinence scientifique.

 

RAMSES

Le SNO RAMSES vise à soutenir le développement, la maintenance, et l’exploitation du code RAMSES, l’un des instruments numériques que notre communauté (tous PN confondus) utilise le plus sur les grands centres de calcul nationaux et européens.

 

SIC-ANO1 – ZONE CRITIQUE ET EAU CONTINENTALE

Les actions de plus en plus prégnantes de l’homme sur son environnement posent le problème des transformations et de la vulnérabilité de ce dernier sous l’effet des pressions anthropiques croissantes et diversifiées. En retour, elles induisent de nouveaux risques qu’il convient de bien renseigner et évaluer pour mieux asseoir scientifiquement les politiques de prévention et de remédiation. La complexité et l’inertie des systèmes considérés jointes à la forte variabilité spatio-temporelle des forçages climatiques et anthropiques nécessitent l’acquisition sur le long terme de données fiables et spatialisées permettant l’identification des tendances évolutives, la détection des ruptures d’équilibre, la capture de phénomènes exceptionnels, donc rares, et in fine, une meilleure compréhension et modélisation des différents processus impliqués. Un aspect spécifique aux Surfaces et Interfaces Continentales concerne la notion complémentaire d’expérimentation à long terme conduisant à « la manipulation » de certains facteurs environnementaux et/ou de modes d’occupation des espaces et d’exploitation des ressources. Les champs ici concernés sont ceux de la biosphère continentale, de la pédosphère, de l’hydrosphère et de leurs interfaces avec l’atmosphère et le milieu marin côtier.

 

ObsErA

L'Observatoire de l’eau et de l'érosion aux Antilles (ObsERA) est un service d'observation de l’INSU-CNRS  consacré à l'étude de l’altération et de l’érosion aux Antilles.


 

TS-ANO1 – VOLCANOLOGIE

Comprendre le fonctionnement interne de la Planète est un objectif fondamental de la recherche en Sciences de la Terre. Cet effort de recherche génère des retombées sociétales qui concernent l’estimation des risques (naturels et anthropiques), la gestion des ressources et le développement durable. Ces recherches reposent sur des observations physiques et chimiques à caractère pérenne portant sur le milieu naturel et qui sont le plus souvent impossibles à reproduire en laboratoire. La rareté et la brièveté de certains phénomènes (séismes, éruptions volcaniques) et la nécessité d’enregistrer en continu sur de longues périodes de temps certaines variables (champs magnétique et gravimétrique, compositions chimiques dans les eaux ou systèmes volcaniques, bruit sismique) confèrent aux dispositifs d’observation des Sciences de la Terre un caractère primordial. Les missions des observatoires en Terre Solide sont de trois types :

  • Mesure, archivage et étude de paramètres physiques et chimiques de la Terre solide.
  • Connaissance et observation des aléas naturels et anthropiques en Terre solide. Aide à la gestion des ressources et des déchets.
  • En ce qui concerne certains aléas (volcaniques et sismiques), mission d’information auprès des autorités en charge de la gestion des risques naturels.

 

SNOV

L’objectif principal de la SNOV est de comprendre les phénomènes volcanologiques en surveillant 3 volcans actifs : Piton de la Fournaise, Soufrière en Guadeloupe et Montagne Pelée en Martinique et de contribuer au consortium REVOSIMA (Réseau de surveillance volcanologique et sismologique de Mayotte)

 

TS-ANO3 – GEODESIE ET GRAVIMETRIE

Comprendre le fonctionnement interne de la Planète est un objectif fondamental de la recherche en Sciences de la Terre. Cet effort de recherche génère des retombées sociétales qui concernent l’estimation des risques (naturels et anthropiques), la gestion des ressources et le développement durable. Ces recherches reposent sur des observations physiques et chimiques à caractère pérenne portant sur le milieu naturel et qui sont le plus souvent impossibles à reproduire en laboratoire. La rareté et la brièveté de certains phénomènes (séismes, éruptions volcaniques) et la nécessité d’enregistrer en continu sur de longues périodes de temps certaines variables (champs magnétique et gravimétrique, compositions chimiques dans les eaux ou systèmes volcaniques, bruit sismique) confèrent aux dispositifs d’observation des Sciences de la Terre un caractère primordial. Les missions des observatoires en Terre Solide sont de trois types :

  • Mesure, archivage et étude de paramètres physiques et chimiques de la Terre solide.
  • Connaissance et observation des aléas naturels et anthropiques en Terre solide. Aide à la gestion des ressources et des déchets.
  • En ce qui concerne certains aléas (volcaniques et sismiques), mission d’information auprès des autorités en charge de la gestion des risques naturels.

 

ISDeform

Le SNO ISDeform (Imagerie Satellitaire pour comprendre les Déformations de la Terre) a vocation à accompagner la communauté scientifique dans l’utilisation massive, systématique et opérationnelle des images satellitaires radar et optique pour quantifier les déformations à la surface de la Terre.

RENAG

Le SNO RENAG (REseau NAtional GNSS permanent) est le réseau National GNSS des laboratoires de recherche français. Intégré à l'infrastructure de recherche RESIF, ce réseau a vocation de recherche scientifique et d’observation de la Terre en géophysique interne, externe et en géodésie

 

Sources des textes de présentation: CNRS – https://www.insu.cnrs.fr/fr/les-services-nationaux-dobservation